17 C
תל אביב
21 בנובמבר 2019
ליכודניק
אלי חזן

LE CERCLE DE YULI EDELSTEIN

ליכודניק מביא את תרגום מאמרו של אלי חזן – "המעגל של אדלשטיין" – לצרפתית, בתרגומה של רשל טויטו. 


Publié le 15 Mars 2013, avant la nomination de Yuli Edelstein nouveau président de la Knesset



Sans doutes viendra le jour où Yuli Edelstein publiera sa biographie. Après tout, son histoire tout comme l'histoire de Nathan Sharansky et d'autres "refuzniks"* et prisonniers de sion, est une histoire extraordinaire qui illustre plus que tout le fait que meme si l'on se trouve au plus bas on peut tout de meme atteindre un jour les hauteurs. Yuli Edelstein en est la preuve vivante.


Il est logique de supposer que plus de gens qui connaitront l'histoire hors du commun de Yuli Edelstein plus le temps se sera ecouler. Comment ce militant sionniste,  qui fut envoyé en prison sur de fausses accusations après que l'URSS lui ait refuser le droit d'immigration vers Israël trouva tout de meme le moyen de faire l'Allya, devint ministre au gouvernement et  est promu aujourd'hui président de la Knesset, le parlement Israélien.


Edelstein est né à Czernowitz, une ville faisant partie aujourd'hui de l'Ukraine. Son père, devenu prêtre, était un dissident (opposé au régime soviétique). Or, il est important de se rappeler du contexte historique: tandis que nous connaissons aujourd'hui une liberté de culte quasi complète, encore plus en tant que juifs en Israël; Yuli est né dans un pays où il était interdit aux juifs de pratiquer leur judaisme. Tout comme les juifs d'Espagne avant l'expulsion, les juifs de l'URSS ont du pratiquer en secret idem pour toutes activités sionistes – car interdites. Israël et le judaisme eurent droit aux gros titres des journaux soviétiques qu'à des fins antisémites. L'antisémitisme qui ne manquait pas là-bas et ne manque toujours pas aujourd'hui encore… Du temps de Staline, ceux qui se faisaient soupçonner de judaisme, étaient arrêtés, exilés ou pire: tués.


C'est dans cette monstrueuse union soviétique que le jeune Yuli Edelstein s'exprime ouvertement contre la politique d'assassinat de Staline. Cela après avoir eu du mal à être accepter à l'université et à accéder aux études supérieures à cause de sa judaïcité. Petite annecdote: en raison de son statut sociale et de la difficulté à trouver un travail, il se tourna vers l'art et posa nu pour des artistes, pour gagner sa vie. Tout comme de nombreux juifs, pendant les années 80 Yuli participa a des activités sionnistes et alla jusqu'à apprendre l'hébreu. En 1984, il fut emprisonné sur de fausses accusations de possession de drogue. L'ironie dans tout ça, c'est que Yuli est devenu sérieusement "accro" à Israel, et les trois ans passés en prison n'ont fait que renforcer ses convictions sionistes. Et c'est intérressant car  d'autres juifs qui furent envoyé en prison ou exilés en Sibérie ne sont jamais revenus. Yuli Edelstein, lui, est revenu. Il fut libéré en 1987 et il réalisa son plus grand rêve: immigrer en Israel, faire l'Allya.


9 ans après sa libération, il fut nommé ministre de l'intégration lors du premier mandat de Netanyahu au gouvernement. Par la suite, il occupa le poste de vice-président de la Knesset, puis ministre de l'information et de la diaspora après avoir rempli des fonctions publiques diverses. Ainsi, c'est un cercle qui se referme pour Yuli Edelstein, qui devient président de la Knesset.


Pour beaucoup de personnes, la nomination de Edelstein à la présidence de la Knesset est tout un symbole: cela représente  un point de repère important dans l'histoire des juifs immigrants de l'ancienne URSS et en particulier des refuzniks et des "prisonniers de Sion" car Yuli Edelstein est bien le premier à remplir ces fonctions là. De plus, il est également nécéssaire d'indiquer que Yuli Edelstein est le premier président de la Knesset vivant en Judée et Samarie. C'est donc un symbole pour les habitants de cette région controversée. Enfin, d'autres voient en la nomination d'un juif pratiquant qui porte la kippa, un signe de progrès dans la société israélienne, preuve dudynamisme et du changement  qu'elle encoure.




* Personnes vivant sous régime communiste s'étant vu refuser le droit à l'immigration vers Israël.

 

Related posts

מס לא ראוי מאת: אלי חזן

אריק זיו ויזר

לא בית ולא יסודות – אלי חזן

אריק זיו ויזר

שיחות קהיר: שיקום תמורת פירוז

אלי חזן

וילדרס : היטלר או צ'רצ'יל ?

אריק זיו ויזר

חג פסח: להוציא את ישראל היפה שבנו

אלי חזן

הבחירה הערכית של סער, ארדן, שטייניץ ולבנת

אלי חזן

השאר תגובה

דילוג לתוכן